Votre syndrome du côlon irritable se manifeste plus les jours où vous travaillez ?

Votre syndrome du côlon irritable se manifeste plus les jours où vous travaillez ?

Votre syndrome du côlon irritable se manifeste plus les jours où vous travaillez ? Vous pouvez agir


Vous avez plus de symptômes le lundi matin que pendant le week-end ? Vos symptômes sont moins présents pendant vos congés ? Dans certains cas, le syndrome du côlon irritable peut affecter votre vie professionnelle. Comment faire face au stress lié au travail ?

Le syndrome du côlon irritable peut bouleverser votre vie quotidienne, et par conséquent aussi vos journées de travail. Si l’augmentation actuelle du télétravail a fait disparaître le stress lié aux déplacements entre le domicile et le lieu de travail, le stress lié aux délais à respecter, aux relations avec les clients et les collègues, au besoin de répondre aux attentes et à la peur de commettre des erreurs reste, lui, bien présent. De plus, le temps passé aux toilettes (la constipation fait attendre, la diarrhée n’attend pas) peut perturber votre emploi du temps. Sans oublier la difficulté à se concentrer que peuvent entraîner les douleurs et les crampes abdominales. Ce n’est pas sans raison que le syndrome du côlon irritable cause autant d’absences au travail que le rhume et la grippe.

 

S’il est plus fréquent, le syndrome du côlon irritable reste malgré tout souvent tabou, de sorte que tout le monde ignore que vous en souffrez, ce qui peut conduire à de l’incompréhension de la part de vos collègues et à une augmentation du stress. Une étude au sujet du syndrome du côlon irritable et de son incidence sur la qualité de vie a montré que les personnes qui en souffrent avaient une qualité de vie aussi mauvaise que les personnes souffrant de dépression.

Les effets du stress sur la digestion

Une digestion saine requiert du temps et un environnement relativement dépourvu de stress. Cela stimule la branche parasympathique du système nerveux autonome, qui coordonne la vidange de l’estomac et les contractions intestinales avec la sécrétion des sucs digestifs et l’absorption des nutriments. Il n’est pas étonnant que l’environnement de travail exerce une influence sur ces fonctions. Le stress (et les contraintes de temps) affecte le système nerveux, qui enclenche alors le mode « action » de notre organisme. La fréquence cardiaque, ainsi que la tension artérielle augmentent. La capacité de concentration s’intensifie et les muscles se contractent. Tout cela conduit à une diminution de la quantité de sang qui parvient au système digestif, à un ralentissement de la production de sucs digestifs, mais aussi à des troubles du transit intestinal. Ces modifications provoquent des crampes, de la douleur, une sensation de ballonnement et des perturbations de la défécation. Lorsque l’on souffre d’intestins hypersensibles, le stress au travail n’est pas simplement vécu comme une tension émotionnelle, mais se ressent vraiment dans l’abdomen, avec une intensification des symptômes.

Que pouvez-vous faire personnellement ?

Vos symptômes sont plus nombreux les jours où vous travaillez, ou lors de certaines situations difficiles au travail ? Alors, c’est qu’il est temps d’introduire certains changements. Et puisqu’il n’est pas possible de faire grand-chose contre le syndrome du côlon irritable en lui-même, c’est sur votre environnement qu’il faut agir, afin de mettre en place une organisation de travail qui sera plus tenable et plus saine, à court comme à long terme.

 

Charge de travail

  • Cherchez un emploi qui vous plaît et où vous vous sentez valorisé. Pourquoi rester là où le stress et les sentiments négatifs dominent ?
  • Classez vos tâches en fonction de leur priorité.
  • Surveillez votre rythme de travail. Osez dire non et ne donnez pas systématiquement priorité aux besoins des autres.
  • Prenez régulièrement une pause. Se lever toutes les demi-heures et faire quelques pas vers la machine à café peut être utile.
  • Parlez à votre responsable et à vos collègues du syndrome du côlon irritable et de l’impact que ce problème a sur votre vie quotidienne. S’ils sont informés, ils se montreront plus compréhensifs.
  • Expliquez-leur aussi que manger à heures régulières est très important et que vous devez avoir un accès aisé aux toilettes, éventuellement à un autre étage ou ailleurs dans le bâtiment, et disposer de beaucoup d’intimité.
  • Apportez un certificat médical si nécessaire.
  • Négociez afin d’obtenir une plus grande liberté dans l’organisation de votre journée de travail. Par exemple, commencer plus tard, terminer plus tôt ou avoir un horaire flexible. Travailler à domicile plus souvent peut contribuer à apaiser vos intestins.

Manger au travail et durant les pauses

  • Levez-vous de bonne heure afin d’avoir le temps de prendre un petit déjeuner et d’aller aux toilettes.
  • Prenez une véritable pause pour le repas de midi. Manger à votre bureau vous fera plus de mal que de bien. Profitez de votre pause de midi pour discuter d’autres choses que du travail avec vos collègues et pour prendre un peu l’air.
  • Ne sautez aucun repas. Veillez à conserver des habitudes alimentaires régulières.

Si vous avez tout de même une crise au travail

  • Essayez de calmer vos intestins par des techniques de respiration ou d’autres méthodes de relaxation.
  • Si vous devez aller aux toilettes, allez-y. Vous retenir d’y aller ne fera qu’empirer les choses.
  • Conservez vos médicaments ou tous les moyens qui vous aident (comme l’huile essentielle de menthe poivrée) à portée de main.