Voici comment gérer efficacement votre stress

Voici comment gérer efficacement votre stress

Tout le monde est stressé parfois et c’est naturel. En effet, le stress de courte durée est avant tout une réaction biologique destinée à nous maintenir en alerte lors d’un choc physique, psychique ou sensoriel. Mais à quel moment le stress de courte durée devient-il chronique ?

Les patients souffrant du Syndrome du Côlon Irritable (SCI) ressentent souvent davantage de symptômes en période de stress. Il est donc très important de maîtriser ce stress pour limiter les périodes de crise.

Le stress ordinaire, comme par exemple la tension que vous ressentez avant de prendre la parole en public, est normal et fait partie du quotidien. Ressentir régulièrement un stress de courte durée ne porte pas à conséquence. Il vous maintient simplement en alerte et vous permet de réagir de manière adéquate. Au temps des cavernes, ce stress était même vital pour la survie. Aujourd’hui, il a surtout tendance à améliorer vos performances.

Le danger réside dans le stress prolongé, lorsque la tension persiste, malgré la disparition de la cause initiale de celui-ci. C’est ce qu’on appelle le stress chronique. Vous continuez à vous morfondre et à réfléchir et vous avez l’impression de perdre le contrôle de votre vie. Ce sentiment crée à un état de stress omniprésent, vous plaçant dans un cercle vicieux. Vous finissez par avoir l’impression qu’il est impossible de changer quoi que ce soit à cette situation.

Le stress chronique peut être causé notamment par des problèmes financiers, la perte d’un emploi, des problèmes relationnels ou familiaux. Le stress lié au travail peut également entraîner un stress chronique. Un nombre croissant de salariés en souffrent. Si vous êtes vous-même perfectionniste et que vous avez peur de l’échec, vous êtes plus susceptible d’être stressé au travail. L’environnement de travail joue aussi un rôle. Les employés bénéficiant de peu d’autonomie et étant peu valorisés développent plus de stress que les autres.

Le stress chronique est mauvais pour votre santé, tant pour votre organisme que pour votre esprit. D’ailleurs, lorsque l’état de stress dure trop longtemps, le corps envoie des signaux physiques peu agréables.

Voici quelques symptômes typiques du stress chronique :

  • Mal de tête récurrent pendant la journée, et durant plusieurs jours
  • Douleurs et inconforts intestinaux. Si vous souffrez de côlon irritable, vous constaterez que vous avez plus d’épisodes de crises et que ceux-ci durent plus longtemps.
  • Troubles de sommeil. Vous vous sentez fatigué, parfois même épuisé, mais impossible de vous endormir. Ou alors, vous vous réveillez régulièrement la nuit. La privation de sommeil est dangereuse à long terme et intensifie encore le stress chronique.

Comment gérer votre stress ?

Éviter complètement le stress n’est ni possible ni souhaitable. Comme nous l’avons vu, le stress remplit une fonction essentielle dans notre vie. Le défi consiste donc à bien gérer votre stress et à veiller à ce qu’il ne s’installe pas à long terme.

  • Prévoyez une période de repos suffisante

Passez-vous tous vos moments libres sur votre smartphone ? Avez-vous besoin d’être toujours occupé même lorsque vous êtes à la maison ? Arrêtez-vous ! Votre cerveau a besoin de moments de repos pour se recharger. Apprenez à prendre du temps pour vous détendre. Votre esprit et votre santé vous en remercieront.

  • Méditez et riez !

Le stress récurrent est un facteur déclencheur et aggravant de nombreuses maladies. Il est scientifiquement prouvé que la méditation peut aider à le réguler. Et pas besoin d’être un pro du yoga pour la pratiquer. Inspirer et expirer profondément et consciemment constituent un bon départ. Ce moment de calme vous permettra de prendre de la distance par rapport à la situation stressante et à votre propre réponse à celle-ci. Le stress nous fait réagir de façon impulsive, alors qu’il suffit parfois de juste prendre son temps pour l’éviter.

Le rire aide aussi. Des études ont montré que le rire est à la fois bénéfique et contagieux.

  • Bougez, de préférence en plein air
  • L’activité physique libère des endorphines, « l’hormone du bonheur ». L’exercice régulier en plein air favorise aussi la production de vitamine D. Un manque de vitamine D peut vous rendre apathique et fatigué, ce qui provoque des poussées de stress. Essayez de marcher, de faire du vélo ou du jogging pendant une demi-heure chaque jour. Vous n’êtes pas sportif ? Jardinez et prenez les escaliers plus souvent ; vous en ressentirez aussi les effets positifs.
  • Mangez sainement.

Optez pour 5 fruits et légumes par jour et un bon équilibre entre graisses, glucides et protéines. Choisissez des aliments non transformés et des produits complets. Pour les personnes souffrant du côlon irritable, un régime sans FODMAP peut être conseillé. Découvrez son fonctionnement dans notre article consacré à ce sujet.

 

  • Offrez-vous un sommeil de qualité
  • Le stress vous tient éveillé en augmentant l’hormone du stress, le cortisol. La privation de sommeil perturbe à son tour le fonctionnement du cortex préfrontal. C’est pourquoi vous êtes irritable après une mauvaise nuit et souffrez de problèmes de concentration. Vous êtes moins apte à faire face aux problèmes, ce qui fait encore monter en flèche votre niveau de stress.

 

Comment vous assurer d’une bonne nuit de sommeil ? Travaillez votre respiration abdominale. Réduisez le temps d’écran quelques heures avant de vous coucher. La lumière bleue perturbe la production de mélatonine, l’hormone du sommeil. Ne buvez pas plus de deux cafés par jour et essayez de ne pas emporter vos soucis au lit en lisant, par exemple, un bon roman avant de vous endormir.

 

Notre flore intestinale et le stress

La plupart des patients souffrant du côlon irritable ont des crises plus fréquentes pendant les périodes de stress. Pourquoi ?

Le stress affecte votre flore intestinale en agissant sur la vitesse de votre transit c’est-à-dire la vitesse à laquelle nos aliments sont transformés en selles. La recherche suggère également que le stress peut provoquer une réaction inflammatoire dans l’intestin, à laquelle les bactéries intestinales sont très sensibles. Des recherches complémentaires doivent être menées dans ce domaine.

Ce qui est certain, c’est qu’il existe un lien entre nos intestins et notre cerveau. Ils sont reliés entre eux par le système nerveux autonome qui relie le cerveau au propre système nerveux de l’intestin. Si une substance potentiellement nocive pénètre dans le tractus gastro-intestinal, l’intestin sonnera l’alarme et des manifestations telles que des douleurs abdominales ou de la diarrhée pourront apparaitre. Cela fonctionne aussi dans l’autre sens : l’équilibre de notre flore intestinale affecte notre humeur. Plusieurs études montrent que les bactéries intestinales produisent des neurotransmetteurs tels que la sérotonine et la dopamine, et que ces substances agiraient à nouveau sur le cerveau.

Il arrive que l’intestin continue à envoyer des signaux d’alarme au système nerveux central alors qu’il n’y a plus de raison de le faire. Cette perturbation du système peut entraîner une hypersensibilité et des plaintes attribuées au côlon irritable.

Le stress joue donc un rôle important en provoquant ou en exacerbant les plaintes gastro-intestinales.