Qu’est-ce que le syndrome du côlon irritable et comment traitez-vous les plaintes ?

Qu’est-ce que le syndrome du côlon irritable et comment traitez-vous les plaintes ?

Souffrez-vous souvent de douleurs abdominales, ballonnements, diarrhée ou de constipation ? Ces symptômes s’aggravent-ils avec le stress ? Répondre positivement à ces questions signifie qu’il existe de fortes chances que vous souffriez du syndrome du côlon irritable (SCI), aussi appelé intestin irritable. On estime qu’une personne sur cinq en souffre dont une majorité de femmes.

Le syndrome de l’intestin irritable est une anomalie bénigne du fonctionnement du tube digestif.

Il ne s’agit pas d’une pathologie car il ne cause pas d’inflammation, n’altère pas la structure de la muqueuse intestinale et n’augmente pas le risque de souffrir d’un cancer colorectal.

Bien que le syndrome du côlon irritable soit ennuyeux, il n’est pas dangereux.

Le syndrome du colon irritable entraine une hypersensibilité du côlon. On ne sait pas encore exactement pourquoi il en est ainsi. Il se manifeste lorsque vous en souffrez de façon continue ou intermittente sur une longue période (au moins 3 mois) des symptômes suivants:

  • des crampes abdominales, parfois si fortes qu’elles perturbent votre vie et vos activités quotidiennes ;
  • une sensation désagréable dans l’abdomen ;
  • un sentiment de ballonnement ;
  • des épisodes de diarrhée, de constipation ou une alternance des deux ;
  • le sentiment de ne pas être complètement soulagé après être allé à la selle ;
  • des flatulences ;
  • de la nausée ;
  • une fatigue générale
  • un sentiment de découragement.

En cas de présence de sang dans les selles, il est préférable de contacter votre médecin. Faites de même si vous perdez soudainement du poids de manière inattendue ou si vous avez la diarrhée de manière continue pendant deux semaines.

Causes

Il n’y a pas de cause identifiable du syndrome du côlon irritable. Parfois, les plaintes surviennent après une infection grave type intoxication alimentaire due à la salmonelle ou encore suite à une gastro-entérite. Les plaintes peuvent aussi être liées à la consommation de produits laitiers ou de gluten en cas d’intolérance à ces substances. Le médecin généraliste peut vérifier s’il y a une allergie alimentaire au moyen d’un test.

Le stress peut également être un facteur déclenchant. Les patients ont souvent plus de poussées pendant des périodes de stress.

Ces dernières années, de nombreuses recherches ont porté sur le microbiote appelé couramment la flore intestinale. Cette dernière se définit comme l’ensemble des micro organismes (bactéries, levures, champignons notamment) qui peuplent les intestins. Diverses études menées sur le rôle du microbiote ont montré que chez les patients atteints de syndrome de l’intestin irritable, il y a moins de bactéries qui utilisent du lactate et plus de bactéries qui utilisent le sulfate : la fermentation intestinale est donc plus importante que chez une personne saine. Or, ce déséquilibre aboutit à une production accrue d’hydrogène pouvant expliquer l’apparition des symptômes caractéristiques de ce trouble.

Bien que qu’il soit généralement chronique, les personnes touchées par le syndrome de l’intestin irritable peuvent connaître des périodes de rémission plus ou moins longues. Leurs malaises peuvent apparaître chaque jour pendant 1 semaine ou 1 mois, puis disparaître, ou encore durer toute leur vie. Seulement une minorité de patients présente des symptômes très incommodants.

Il a été constaté que d’autres troubles ont tendance à être associés à ce syndrome, comme un état anxieux, des menstruations douloureuses ou le syndrome de fatigue chronique.